Memoire infirmiers / TFE infirmiers

Mémoire infirmier : LA PREVENTION DES COMPLICATIONS DES CONVULSIONS FEBRILES

TFE infirmiers - mémoire infirmier (PDF)

Introduction de TFE infirmier :

  les crises convulsives hyperthermique ou convulsions fébriles se définissent comme « une crise d’ épilepsie survenant entre les âges de 6 mois et 5 ans, liée à une fièvre et sans élément permettant d’ incriminer une infection intra crânienne ou une autre cause ».

  Elles sont considérées comme simples quand elles surviennent après l’âge D’un an, qu’elles sont tonico-cloniques généralisées, d’une durée inferieure à 15mn, sans déficit postcritique en dehors d’une hypotonie globale et sans élément paroxystique sur Electro-Encéphalo Gramme au décours de la crise.

  L’Electro –Encéphalo Gramme inter critique est normal.les crises convulsives hyperthermique sont considérées comme complexes quand elles surviennent avant l’âge d’un an qu’elles sont partielles, d’une durée de plus de 15 mn ou dont la fréquence est supérieure à plus d’un épisode par 24h, que l’examen neurologique au décours est anorma ou que l’on retrouve des antécédents familiaux d’épilepsie elles nécessitent des explorations complémentaires.

  Les enfants ayant eu des convulsions fébriles ou un état de mal convulsif ont un développement intellectuel et comportement normal, en cas d’état de mal convulsif, il a été mis en évidence que les enfants concernés avaient plus souvent des troubles du développement psychomoteurs préalable, une histoire de crises convulsives néo-natales ou une histoire familiale d’épilepsie que les enfants faisant des crises convulsives hyperthermique simples.

  Le risque de décès à long terme ne semble pas augmenté chez les patients présentant des crises convulsives hyperthermiques simples mais on observe un taux de mortalité un peu supérieur dans les 2 ans qui suivent la première crise convulsive hyperthermique quand il s’agit d’une crise convulsive hyperthermique complexe. Ce qui est partiellement expliqué par des anomalies neurologique préexistant.

  La fréquence des convulsions au niveau de CHU BATNA pour les années 2010 -2011 sont respectivement 217 et 302 de service pouponnière.

  Crise convulsive hyperthermique considérée comme maladie parfois sérieuse et posant ainsi un problème majeur de santé publique.

  Durant notre période de stage dans les différents services hospitaliers et extra hospitaliers et notamment dans le service des urgences médicales il a été recensé environ 200 enfants admis en consultation pour crises convulsives ou nous avons constaté souvent une lenteur de la part de l’équipe soignante de prendre réellement un enfant convulsant, raison pour laquelle nous nous sommes posé la question suivante comment faire face à cette maladie pour limiter les complications engendrées en matière de soins efficaces et rapides ?

Problématique :

  Compte tenu du risque élevé de récidive, l’éducation des parents doit être optimale l’hypothèse formulée est que l’objectif est loin d’être atteint et que des progrès sont à faire en terme d’éducation, le but de notre étude est d’évaluer ce qui est fait par les parents actuellement en cas de crise, que ce soit la première ou non, quels sont les conseils qui leur ont été délivrés , aussi bien par l’urgentiste que par le médecin traitant, et ce qu’ils en ont
retenu. Cette évaluation doit permettre de mettre en évidence les points à améliorer dans la prise en charge des convulsions de l’enfant à domicile, notamment les indications de la prescription du diazépam, et pour répondre à cette problématique nous avons posé l’hypothèse suivante :

L’éducation sanitaire des parents pourrait elle limiter les séquelles engendrées par la maladie ?

Lire : mémoire en soins infirmiers

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer