Memoire infirmiers / TFE infirmiers

Mémoire infirmier : La gestion des accidents d’exposition au sang chez le personnel paramédical

TFE infirmiers - mémoire infirmier (PDF)

Introduction de TFE infirmier :

  La santé et la sécurité du personnel de soins posent de plus en plus des problèmes de santé publique, en particulier les piqûres accidentelles et autres accidents d’exposition au sang (AES) qui représentent un danger de contamination quotidien pour les professionnels en contact avec le sang (les infirmiers exercent au niveau d’urgence, le personnel du laboratoire, les sage femmes, les médecins…).

  On regroupe sous le terme d’AES tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et comportant : soit une effraction cutanée (piqûre ou coupure), soit une projection sur une muqueuse (oeil, bouche) ou sur une peau lésée (plaie, eczéma,).

  Le risque de transmission d’agents infectieux lors d’un AES concerne l’ensemble des germes véhiculés par le sang (bactéries, virus, parasites et champignons). En pratique, on redoute surtout le Virus de l’Hépatite B(VHB), le Virus de l’Hépatite C (VHI) et le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) parce qu’ils présentent un caractère particulier en raison de la gravité de ces infections et en l’absence de traitement curatif efficace.

  La gravité et la fréquence des accidents d’exposition au sang imposent la mise en place d’un dispositif de sécurité comprenant toutes les mesures d’hygiène recommandées.

Problématique :

  Les professionnels de santé sont confrontés dans le cadre de leur activité au risque d’accident d’exposition au sang qui est potentiellement grave. En effet, à cette occasion des germes peuvent être transmis au soignant, les virus des hépatites B ou C et le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) étant particulièrement redoutés.

  Selon l’OMS (Organisation Mondial de la Santé) le nombre d’AES (accident d’exposition au sang) de cas de transmission des maladies infectieux en milieu professionnel diminué progressivement dans les pays développés au contraire il reste élevé dans les pays en développement.

  En France le risque moyen de transmission après une exposition percutanée au sang d’un patient infecté a été estimé selon L’OMS (statistique 2011) à 0.3% pour le VIH ,2 à 3% pour VHC et de 2 à 40% pour le VHB .Et en Algérie il a été estimé que la prévalence de l’hépatite B, de l’hépatite C et du VIH était respectivement de 11.5% ,2.6% et 1.3%.

  A partir d’une observation au niveau de service d’urgence (EPH Ain Touta-Batna) nous avons remarqué plusieurs cas des AES, A cet effet nous nous somme trouvé dans l’obligation de pose la question suivante :

Pourquoi le personnel soignant exerçant au service des urgences est exposé fréquemment au risque d’AES ?

Hypothèse :

– Formation continue du personnel
– Mesures et moyens de protection

Lire : mémoire en soins infirmiers

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer