TFE – Mémoire de Laborantin

L’INTERET D’APPLICATION LES REGLES DU GROUPAGE SANGUIN SELON LES NORME INTERNATIONAL

MÉMOIRE PROFESSIONNEL LABORANTIN DE SANTE PUBLIQUE

INTRODUCTION

   Les groupes sanguins, ou phénotypes érythrocytaires, correspondent à des Ag membranaires de l’érythrocyte, dont l’expression est déterminée par une série de systèmes génétiques polymorphes.

   Ces Ag, introduits dans un organisme qui les reconnait comme étrangers, peuvent être la cible d’AC sérique naturels ou immuns, responsables d’une lyse cellulaires parfois grave, voire mortelle. Cette notion s’exprime dans deux domaines de la pathologie : Les accidents immunologiques transfusionnels et l’incompatibilité foeto-maternelle.

   Plus de trente cinq (35) systèmes de groupes sanguins ont été identifiés depuis la découverte des systèmes ABO par Landsteiner en 1900. Certains de nature glucidique, comme les systèmes ABO, Lewis, dont les extrémités terminales glycoprotéiques ou glycolipidiques membranaires portant les antigènes. D’autres, de nature peptidique, représente l’expression directe des gènes et sont ancrés dans la membrane des hématies.

   Au contraire des Ag de nature peptidique dont l’expression se trouve souvent restreinte aux cellules sanguines et généralement limitée à l’homme, les Ag glucidiques sont des Ag tissulaires, présent sur de nombreux organes, et exprimés dans d’autres espèces y compris les bactéries.

   Les AC anti-érythrocytes dirigés contre ces systèmes de groupes sanguins, en se fixant sur la membrane érythrocytaire, entrainent fréquemment une diminution de la durée de vie des hématies et une hémolyse retardée par phagocytose. Ils peuvent parfois induire une hémolyse intra-vasculaire massive par activation du complément.

   Les applications cliniques des conflits immunologiques mettent en jeu, de façon considérable, les Ag de groupes sanguins. Il faut distinguer deux situations très différentes :
* La présence d’AC naturels dans le système ABO représente un obstacle infranchissable à toute transfusion « incompatible» dans ce système.
* L’apparition d’AC irréguliers vis-à-vis du système Rh ou d’un autre système « majeur» impose de sélectionner des hématies (donneurs) compatibles pour les transfusions ultérieures

   Cependant, nous avons constaté sur les terrains de stage que ces règles ne sont pas strictement respectées par les laboratoires ce qui nous a encourager de centrer la lumière sur ce sujet.

   Notre travail « l’intérêt d’application les règles du groupage sanguin selon les Normes
Internationales » est divisé en deux grandes parties :
Une Partie Théorique : repartie en trois chapitres : Generalite sur le sang, Généralités sur les groupes sanguins, Les méthodes et les techniques des groupages sanguines.
Une Partie pratique : réservée à l’aspect méthodologique de notre recherche, L’analyse et l’interprétation des résultats obtenus et enfin des suggestions et une conclusion.

PROBLEMATIQUE :

   Est-ce que les laborantines appliquée toutes les régles du groupage sanguin sélon les normes,Est-ce que l’examen du groupage sanguin avec une technique incomplète ( méthode de beth vincent seule, la recherche de faible (Du) ou la recherche des hémolysines de donneur ‟O” dangereux, utilisation de témoins, les sous groupes pour les polytransfusée) constitue un risque sur le pronostic vital du malade ?

HYPOTHESES :

– les régles du groupage sanguin ils ne sont appliquée par les laborantins et les biologistes réguliérement .
– L’examen du groupage sanguin avec technique incompléte constitue un risque le pronostic vital le malade.

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer