TFE – Mémoire de Laborantin

les méthodes manuelles et les méthodes automatiques dans le dosage des marqueurs de l’inflammation

MÉMOIRE PROFESSIONNEL LABORANTIN DE SANTE PUBLIQUE

INTRODUCTION

   L’inflammation ou le syndrome inflammatoire, connue depuis très longtemps, dès l’époque des Egyptiens il y a 2000 ans. Douleur, rougeur, chaleur et tuméfaction sont les marqueurs cliniques classiques de la réaction inflammatoire, celle-ci peut être visualisée à travers le dosage de certains marqueurs biologiques ; les marqueurs de l’inflammation qui sont essentiellement : la vitesse de sédimentation et la protéine C réactive.

   La détermination de la vitesse de sédimentation des érythrocytes et le dosage de la protéine C réactive sont parmi les prescriptions biologiques les plus fréquentes en médecine à nos jours.

   A l’heure actuelle dans les pays développés; et avec les progrès de la technologie, le dosage de la vitesse de sédimentation des érythrocytes et la protéine C réactive sont pratiqués par des appareils sophistiqués ce qui précise et dans un temps record les résultats obtenus.

   Mais malheureusement nos laboratoires utilisent des techniques traditionnelles, la protéine C réactive est mesurée en utilisant une technique qualitative ou semi-quantitative, le plus souvent agglutination au latex. Et la vitesse de sédimentation est mesurée selon la technique de Westergreen.

   A travers ce travail, nous avons voulu comparer entre les méthodes manuelles et les méthodes automatiques puis montrer la plus fiable et ses avantages. Pour cette raison nous avons opté pour diviser notre travail en deux volets, un volet théorique, et un autre pratique.
– La première partie : où on a abordé :
Dans un premier temps, des généralités sur les inflammations, ensuite nous avons entamé la vitesse de sédimentation et enfin la protéine C réactive.
– Le volet pratique : cette partie est consacrée aux aspects pratiques de la recherche, elle est composée de :
Un aspect méthodologique dans lequel on a parlé de méthodes utilisées dans la réalisation de cette recherche.
Et enfin un chapitre qui comporte la présentation et discussion des résultats.

   Il nous est apparu intéressent de traité ce thème, et nous souhaitons que le lecteur apprécié notre travail.

PROBLEMATIQUE :

   L’inflammation, réponse des tissus vivants à une agression, est un phénomène quotidien, banal, intervenant dans des nombreuses circonstances pathologiques, ou non.

   Le diagnostic clinique de l’inflammation est souvent associé avec le diagnostic biologique ; dosage des marqueurs inflammatoires (vitesse de sédimentation des érythrocytes et la protéine C réactive) dans le corps humain.

   Durant nos stages pratiques dans les différents laboratoires des établissements hospitaliers de BISKRA, nous avons constatées que les laborantins confrontent plusieurs difficultés à fin d’obtenir des résultats fiables et précises en réalisant ces examens, ceux-ci peuvent être des difficultés techniques comme la température de la pièce qui affecte sur la qualité de l’examen, la position oblique du tube, le nombre limité de matériel nécessaire pour effectuer les tests (pipettes de Westergreen, support pour tubes de Westergren …), comme ils peuvent être des difficultés liées au laborantin lui-même : les erreurs de la lecture des agglutinations de la CRP, les graduations des pipettes….

   N’oubliant pas que derrière chaque bilan devant nos mains se cachent un être humain qui souffre de sa maladie en attendant ses résultats, car les malades doivent prendre des rendez-vous pour faire ses examens biologiques demandées, ce qui peut aggraver l’état des malades.
Par contre, au cours de notre stage au niveau de l’EPSP DJAMMOURAH, les méthodes manuelles utilisées dans le dosage des marqueurs de l’inflammation sont remplacées par des méthodes automatiques plus développées et plus sophistiquées.

   Après une recherche sur les sites internet, nous avons constaté que les techniques les plus couramment utilisées actuellement dans le dosage de la protéine C réactive est par immunoturbidémtrie, ainsi les laboratoires utilisent préférentiellement la technique automatique dans la détermination de la vitesse de sédimentation.

   Donc la question qui se pose est comme suit :
Quels sont les intérêts pratiques résultant de la déférence entre la méthode automatique et la méthode manuelle dans l’étude des marqueurs de l’inflammation (VS, CRP) ? 

HYPOTHESES :

  • La méthode automatique améliore la qualité de l’examen.
  • La méthode automatique prouve la rentabilité pratique.

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer