Memoire infirmiers / TFE infirmiers

SURVEILLANCE DE LA TENSION ARTERIELLE EN POST OPERATOIRE

Mémoire professionnel de fin d’études : Infirmier

INTRODUCTION :

   La surveillance, en post opératoire, est une étape très importante pour le suivi des suites de l’intervention.

   Elle est aussi un instrument de recueil de renseignements et d’évaluation de l’état clinique : reprise des fonctions altérées, signes de complications effets de la conduite thérapeutique, en surveillant, entre autres paramètres, les constantes dont la tension artérielle fait partie.

   La tension artérielle, en post opératoire (surtout dans les premières 24heures), est l’un des éléments de surveillance ayant une très grande valeur car, elle peut nous renseigner sur l’apparition d’éventuelles complications (hémorragie) et de risques post chirurgicaux.

   Notre approche est d’ordre évaluatif cherchant à estimer, par le biais de l’observation, portant sur les éléments du rythme et des modalités techniques de la surveillance de la tension, pratiquée par les infirmiers du service de chirurgie Hommes.

   L’étude, que nous présentons et répartie en :

  • Partie théorique : puisant dans les ressources théoriques, définition de la tension artérielle importance de la surveillance prise de tension artérielle post opératoire , anatomie de l’appareil circulatoire , enfin techniques de la prise de tension artérielle .
  • Partie pratique : dont nous exposons les résultats de l’enquête, l’analyse des informations recueillies. Et, enfin, une conclusion et de suggestions en vue de remédier aux insuffisances révélées.

PROBLEMATIQUE :

   La tension artérielle correspond à la pression du sang dans les artères (elle exprime la force exercée par le sang sur la paroi des artères). La tension artérielle est déterminée par 03 éléments : la force d’éjection cardiaque, le volume sanguin et la résistance vasculaire.

   Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), les chiffres normaux de la pression artérielle se situent entre 100mm Hg et 140mm Hg le maxima et entre 60 et 9Omm Hg, pour le minima, ces chiffres ne doivent pas dépasser 16OmmHg pour la pression systolique et 9O mm Hg, pour la pression diastolique, sachant que ces chiffres subissent des changements (variations physiologiques et pathologiques) qui classent la tension artérielle parmi les paramètres les moins constants.

   La tension artérielle, en post opératoire (surtout dans les premières 24heures), est un élément de surveillance d’une très grande valeur car, elle peut nous renseigner sur l’existence d’une hémorragie (minime, moyenne ou de grande abondance) le volume sanguin (hypo volémie, hypovolémie : pour un patient sous réhydratation : fonction rénale et accidents de surcharge) importante parce qu’elle nous renseigne sur l’état du patient (hémorragie, hyper tension) d’où la règle de sa prise correctement et de façon régulière (chaque 15min, les 2 premières heures puis chaque 30 min les 2 heures suivantes puis chaque 60 min les heures restantes)

   Face à la situation, nous nous sommes posé la question :
Est-ce que la prise de la tension artérielle de l’opéré, durant les premières O6 heures, respecte le rythme et les modalités techniques du geste ?

HYPOTHESE :

   La surveillance de la tension arterielle de l’opéré , durant les 06 premières heures, se fait, très souvent, de façon ne respectant ni le rythme , ni les modalités techniques du geste.

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer