Memoire infirmiers / TFE infirmiers

OBSERVANCE DE PORT DES GANTS DANS LES SOINS A RISQUE D’AES

Mémoire professionnel de fin d’études : Infirmier

INTRODUCTION :

   Ce mémoire de fin d’étude constitue la synthèse d’un travail personnel sur un thème d’intérêt professionnel en vue de l’obtention du diplôme d’état.

   La recommandation du port de gants en tant que protection individuelle est apparue dès 1987 avec les« précautions universelles » avec l’objectif de protéger le soignant face aux risques liés au sang.

   Elles ont été intégrées à la précaution standard visant tant la protection des soignants que celle des patients vis-à-vis de l’ensemble des produits biologiques.

   Il y est recommandé le port de gants pour tout geste exposant à des liquides biologiques et systématiquement en cas de peau lésée. Le double gantage au bloc opératoire y est préconisé : c’est avant tout l’effet barrière du gant qui est recherché dans ces recommandations.

   Cependant, plusieurs équipes ont montré l’existence d’un certain effet protecteur également en cas de piqûre grâce à un effet d’essuyage de l’aiguille.

   Contaminations par piqûre sont survenues malgré le port de gants.

PROBLEMATIQUE :

   Ce rapport de stage constitue la synthèse d’un travail personnel sur un thème d’intérêt professionnel axé sur l’hygiène, discipline fondamentale et transversale des études infirmières.

  Elle s’est déroulée au sein du service ayant comme particularité de prendre en charge des patients séropositifs.

   Des mesures adéquates telles l’hygiène et le port de gant avec la vigilance et la rigueur lors de la mise en place, d’un changement, ou retrait de cathéter en évitant ainsi :

  • Les piqures accidentelles parfois fatales surtout si le patient est infesté par le VIH,
    VHC, VHB.
  •  Infections relatives au cathéter qui peuvent être locales voire systémique.

   Puisque le soignant est avant tout est un individu, il nous semble alors pertinent de porter une réflexion sur les déterminants des comportements en milieu professionnel.

   Cette réflexion nous conduit logiquement à formuler notre problématique par la question de départ suivante :
( Qu’est ce qui fait que l’IDE déroge l’observance du port de gant dans les soins à risque d’AES (accident d’exposition au sang) ) ?

HYPOTHESE :

   La majorité des infirmiers(ères) ne portent plus de gants, malgré leurs connaissances des risques encourus lors des soins en contactent avec des liquides biologiques ou exposition au sang.

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer