Memoire infirmiers / TFE infirmiers

Mémoire infirmier : La Gestion des Déchets d’Activité de Soins à Risque Infectieux -Tri … Stockage-

TFE infirmiers - mémoire infirmier (PDF)

Introduction de TFE infirmier :

  Le secteur sanitaire joue un rôle dans la protection et la promotion de déchet de santé. Bien que nécessaire, il produit malheureusement des déchets spéciaux avec des risques d’infection, de contamination, de la toxicité et des risques d’accident mécaniques.

  Pour notre thème de travail en parlant sur des déchets d’activités de soins à risque infectieux qui sont tout objet ou matière présentant un risque infectieux du fait de présence de micro-organismes ou de leurs toxines ; ou même en l’absence de risques infectieux les dispositifs médicaux coupants, tranchants ; les produits sanguins à usage thérapeutique et les déchets anatomiques humains.

  La gestion de ces déchets est une préoccupation importante dans le domaine de la santé, chaque étape par la filière appropriée dans le respect de la réglementation. Elle contribue non seulement à protéger le personnel et prévenir les infections nosocomiales mais aussi à la protection de l’environnementet de la population, à travers cette idée nous avons modestement essayé d’étudier et chercher la cause de certaine abération en matière de gestion des déchets.

Problématique :

  L’environnement dans les établissements de santé est un facteur non négligeable de transmission de micro-organismes, tels que les bactéries, virus, champignons et parasites. En effet ; de nombreuses études ont montré clairement que lorsqu’il était contaminé, il pouvait être impliqué directement ou indirectement dans la propagation de ces agents microbiens.

  Cet environnement constitué de l’air, de l’eau et des surfaces (du matériel médical tels que respirateurs, seringues électriques…ainsi que des locaux tels que murs, poignée de porte, montant de lit…) doit être maintenu à l’état propre ; voir stériles, pour éviter au patient de contracter une infection associée aux soins lors de son passage ou de son séjour dans ces établissements à l’occasion de soins divers.

  A côté de ces éléments, Les Déchet d’Activités de Soins à Risques Infectieux peuvent être également des sources d’infections et ne doivent être ni occultés, ni négligés.

  Les DASRI sont qualifiés des déchets contenant des micro-organismes ou leurs toxines, se situent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement hospitalier, Une mauvaise gestion de ces déchets peut entrainer des risques ; non seulement de déchet hospitalier sont une agression directe de l’environnement, mais ils sont extrêmement néfastes pour la santé humaine.

  Dans le monde on estime à quelque 12 milliards par an le nombre d’injections administrées et toutes les seringues et aiguilles ne sont pas évacuées de manière appropriée. De ce fait les statistiques au monde estiment que 8 à 16 millions des cas d’infections par le virus Hépatite B ; 2,3 à 4,7 millions par hépatite C et 80.000 à 16.000 de cas par le VIH par an suite à la réutilisation d’aiguilles non stérilisées et non élimination de ces déchets de manière sure .

En Algérie la problématique des déchets hospitaliers est multiple et largement sous-estimée selon une étude réalisée en 2007, la production global annuelle algérienne de DASRI est de l’ordre de 10000 à 12000 tonnes/an au max, on a 70 % des hôpitaux n’ont pas des locaux de stockage intermédiaire dans les services ,en plus les déférentes étapes de gestion des DASRI ne sont pas menées correctement malgré les lois qui limitent et obligent l’application stricte des règles des gestion des déchets exemple : la circulaire n° 1 datée du 08 aout 2008 relatives à la gestion des déchets hospitaliers à risque infectieux2.

  Durant un stage effectué au niveau de l’urgence de CHU-BATNA-, nous avons remarquées une mauvaise gestion des DASRI,et après avoir fait un constat durant un an (2015-2016) avec 36500 personnes, on a trouvé un pourcentage élevé des personnes qui sont contaminées par :
73 personnes d’infection à virus de l’hépatite B (0,2%0).
102 personnes d’infection à virus de l’hépatite C (0,28%0).
03 personnes d’infection à virus de l’immunodéficience humaine (0,02%0).

Suit à cela, nous avons dégagé la question de base suivante :
« Pourquoi les règles de circuit d’élimination de déchet d’activité de soins à risque infectieuse ne sont pas respectées par le personnel hospitalier ? »

Hypothèse :

  • L’organisation de soins en milieu hospitalier.

Lire : mémoire en soins infirmiers

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer