TFE – Mémoire de Laborantin

Étude comparative entre la méthode de la glycémie capillaire Et la glycémie veineuse

MÉMOIRE PROFESSIONNEL LABORANTIN DE SANTE PUBLIQUE

INTRODUCTION

   Le glucose, c’est la principale source énergétique des cellules de notre organisme, catabolisme en produisant de l’énergie ou stocké dans le foie sous forme de glycogène. La glycémie est maintenue dans des limites étroites par de nombreuses hormones, les plus importantes sont synthétisées par le pancréas (insuline et glucagon).

   Le diabète est une maladie très ancienne et très fréquente non transmissible évolutive et chronique qui se caractérise par des niveaux élevés de glycémie, Il apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, ou lorsque l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit.

    Le nouveau rapport de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), estime que le diabète sucré a atteint actuellement environ 150 millions de la population diabétiques dans le monde et que leur nombre pourrait bien doubler d’ici 2025. Selon le président de la Fédération nationale des diabétiques Plus de 20.000 nouveaux cas de
diabète sont enregistrés chaque année en Algérie et le nombre de diabétiques en l’Algérie avait dépassé les 4 millions, dont 30% sont des insulinodépendants, le diabète fait des ravages en Algérie.

   Le but de ce travail est de comparer les résultats de la glycémie capillaire et celles de la glycémie veineuse (dosage manuelle et automatique). Pour centrer la lumière sur ce sujet on a décidé de diviser notre travail comme suit :

   volet théorique, où on a abordé :
* L’anatomie et la physiologie de pancréas puis une étude du Sucre Sanguin et Diabète.
* L’exploration du métabolisme du glucose.

   volet pratique, où on a abordé :
* La méthodologie de la recherche (étude comparative) et l’analyse des résultats obtenus et on a terminé par une discussion générale.
* Et enfin une conclusion dans la dernière partie de ce travail

PROBLEMATIQUE :

   La glycémie, est le taux de sucre (glucose) dans le sang, le but de savoir le taux du glucose pour faire un dépistage d’une hyper ou hypo glycémie et aussi pour le contrôle du diabète.

   Elle est dosée au laboratoire à partir de sang veineux prélevé chez un sujet à jeun depuis au moins 8 heures, Soit manuellement par la méthode photométrique ou soit par la méthode automatique. Elle peut être mesurée également par un lecteur de glycémie grâce à des bandelettes réactives qui analyse une goutte de sang, prélevée en général au bout du doigt dans une région riche en vaisseaux capillaires.

   On a remarqué que la majorité des diabétiques utilisent la méthode des bandelettes pour l’auto-surveillance glycémique, qui peut être donnée par défaut de manipulation des résultats plus au moins erronés, ils négligent la méthode de la glycémie veineuse pendant des années.

   Et c’est là ou se pose le problème suivant :
Est-ce que les résultats obtenus par la méthode des bandelettes (dextro) sont proches de ceux obtenus par la méthode veineuse (manuelle ou automatique) ?

HYPOTHESE :

    n’y a pas une variation évidente entre les résultats de la glycémie capillaire et celles de la glycémie veineuse soit manuellement ou par l’automate, les trois méthodes peuvent donnent des valeurs rapprochées.

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer