Memoire infirmiers / TFE infirmiers

LA PREVENTION DE L’HEPATITE «C» CHEZ LES SOIGNANTS URGENTISTES

Mémoire professionnel de fin d’études : Infirmier

INTRODUCTION :

   Les risques professionnels sont très nombreux à l’hôpital, ce dernier constitue un milieu de travail à haut risque. Il cumule les risques inhérents à toute activité de travail et les risques liés à sa spécificité.

   Le service des urgences est un milieu ou le personnel soignant est exposé à plusieurs risques, dont celui de la contamination par des agents infectieux. Ainsi, les contacts avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus contaminés peuvent transmettre le virus de l’hépatite «C ».

   Ce risque doit être le souci permanent des soignants, des gestionnaires des hôpitaux et ceux des services des urgences, la survenue d’une contamination d’un membre du personnel ne peut être considérée comme un effet du hasard et peut être évitée, si les mesures de prévention sont mises en place et respectées.

   Le mot hépatite signifie inflammation (enflure) du foie; cette affection peut avoir de nombreuses causes. Une de ces causes, le virus de l’hépatite « C », communément appelé VHC, est un virus qui s’attaque au foie et peut entraîner de l’inflammation et la formation de tissu cicatriciel. La phase initiale de l’hépatite « C » est appelée hépatite « C » aiguë. Si le virus persiste dans l’organisme plus de six mois, la maladie entre alors dans une phase appelée hépatite « C » chronique.

   La prévention de l’hépatite « C » aux urgences consiste à mettre en oeuvre les moyens humains et matériels pour le dépistage de cette maladie qui pose un problème de santé publique.

  A travers notre étude « La prévention de l’hépatite « C » chez les soignants urgentistes » nous avons procédé :

  • Théoriquement : par deux chapitres dans :
    Le chapitre 1 : les soignants urgentistes et les accidents d’exposition au sang
    Le chapitre 2 : L’hépatite virale « C »
  • Et pratiquement, en évaluant le degré d’application des mesures préventives par les soignants urgentistes qui joue un rôle important dans la protection contre l’hépatite « C », pour cela nous avons consacré une période dans le service des urgences médico-chirurgicales de BISKRA pour pouvoir observer les gestes des soignants et les transcrire sur une grille d’observation.

PROBLEMATIQUE :

   Parmi le personnel soignant qui travaille dans les établissements de santé, on distingue l’infirmier, ce dernier joue un rôle important et primordial dans la prise en charge des différentes tâches.

   L’infirmier participe avec le médecin à la médicalisation des secours, à la gestion du matériel, à la formation des personnels et stagiaires, à la prévention, à la mise en place et au suivi des protocoles.

   Le travail dans le milieu hospitalier nécessite l’application régulière et rigoureuse des règles d’hygiène afin de prévenir l’épidémie des infections nosocomiales, pourtant il faut noter que non seulement le soigné est exposé à ces risques mais aussi le soignant.

   Parmi ces risques auxquelles est exposé les soignants durant la pratique de soins on trouve les maladies suivantes : l’hépatite C, l’hépatite B et HIV…..

   Durant notre stage pratique au niveau de service d’urgence de l’établissement public hospitalier « Bachir Ben Nacer »à Biskra nous avons constaté que la prévention de l’hépatite C est une action très importante mais malgré cette importance nous avons constaté et senti quelle est insuffisante. Elle n’est pas prise au sérieux totalement.

   Devant cette situation nous avons posé la question suivante :
Quels sont les facteurs qui favorisent l’atteinte des soignants urgentistes par l’hépatite « C » ?

HYPOTHESE :

Le non respect des mesures préventives par les soignants urgentistes favorise leur atteinte par l’hépatite « C ».

Lire PDF

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer