Memoire infirmiers / TFE infirmiers

Mémoire infirmier : LA VIOLENCE AU NIVEAU DES URGENCES

TFE infirmiers - mémoire infirmier (PDF)

Introduction de TFE infirmier :

  L’hôpital n’est plus un sanctuaire. La violence y est entrée, comme dans de nombreux domaines de la société. Le service des urgences, en tant que porte d’entrée pluridimensionnelle de l’hôpital, est aujourd’hui le service hospitalier généraliste dénombrant le plus d’actes de violences.

  La violence est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au sien de la société ; la violence au travail prend diverses formes, parmi lesquelles les agressions verbales, et les agressions physiques.

  L’augmentation de la fréquence des agressions et autres actes de violence dans les établissements de soin de santé interfère avec la fourniture de soins de qualité et porte atteinte à la dignité du personnel de santé et à la confiance qu’il a en lui la fréquence des actes de violence à l’encontre du personnel de santé devient source de graves inquiétudes lorsque l’on établit des comparaisons avec d’autre professions.

  Le personnel de santé en générale et le personnel travaillant aux urgences en particulier sont victimes d’agressions et de violence sur leur lieu de travail

  Les urgences sont un lieu d’accueil ouvert 24h/24h, ayant pour obligation d’accueillir toute personne s’y présentant, l’infirmier y joue un rôle d’accueil, de soin, d’écoute ou il est confronté aux agressions et violence des patients ou de leurs accompagnants

  La violence aux urgences des réalités, des situations et des protagonistes extrêmement variés et il est difficile d’y répondre de façon univoque.

  Même en cherchant à l’analyser en détail les causes, donc en essayant d’y apporter des solutions, on n’empêchera jamais la survenue imprévisible d’un évènement violent cet évènement génère toujours un sentiment d’exaspération et de rejet, il ne doit, en aucun cas ; être ignoré. Il ne doit pas, non plus, être exagéré. Il doit, dans tous les cas contribuer à mettre en oeuvre des actions de prévention au mieux, de limitation au moins, des récidives.

  Notre travail est composé de deux parties, la première partie théorique contenant des chapitres qui traite le phénomène de la violence et les facteurs favorisant ce dernier ; et une deuxième partie pratique appuie sur une méthodologie rigoureuse pour la vérification des hypothèses et enfin une conclusion.

Problématique :

  A l’issue des constats et de notre expérience, il apparait que le problème de la violence des patients au niveau des structure sanitaires est une réalité, et la violence peut être facteur de souffrance pour le personnel des urgences et /ou le personne soigné.

  De simple agression verbale au passage à l’acte, la violence envers le personnel s’exprime de multiple manières et réciproquement vrais (agression des malades par le personnel soignant).

  Nous avons observé qu’il y a une rupture de communication entre soignant et soigné

  Nous pouvons même dire que lorsqu’ ils communiquent ils le font avec une tension ressentie par l’un comme par l’autre.

  C’est ce qui a justifié notre question suivante :

Pour quoi la violence est trés fréquente au niveau du PUMC Kais ?

Pour répondre à cette question nous avons proposé les hypothèses suivantes :
· Organisation du travail de service d’urgence.
· Moyens humaines et matérielles.

 

Lire : mémoire en soins infirmiers

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer